L’ASSEMBLAGE

 samedi 7 septembre 2024

 

Les spectacles de cette journée sont à L’ÉBAUCHE

 

A L’Ébauche

16h

Dans un temps donné – l’Amitié

Lecture, danse, musique / 45 min  

Duo Sitting Bones

Lecture, danse : Anna Fayard

Percussions : Laurent Paris

 

CAIRN © Cie sur le pont

Performance au présent, tout terrain, proposition sonore et gestuelle à partir de cueillette de textes, de lettres, de missives, chinés dans des livres et dans nos vies, avec des gestes et des sons-sonorités qui s’inventent sur le champ :

Un musicien, une danseuse

La situation commencerait par un temps de respirations, les personnes présentes seraient libres de pouvoir s’assoir, s’allonger, se poser en étant accompagnées par une voix qui fait cheminer la respiration dedans et autour comme le mouvement de la marée

Se prolongerait en lien au présent, un temps de lectures, de gestes et de sons à propos de l’Amitié, du lien particulier en altérité qui fait venir des phrases, des assemblages de mots de sons et de silence, d’aspérités en frottement et de fluidités paradoxales.

Parcours Anna Fayard et Laurent Paris

Historique de notre collaboration Laurent Paris et Anna Fayard :

« Nous nous connaissons depuis une quinzaine d’années, et nous travaillons régulièrement ensemble sous différentes formes : performance, lecture musicale, création danse. Nous avons en commun l’art de l’attente et de l’écoute, aussi bien des corps que de la matière sonore et des mots, nous aimons à penser que toute chose est liée à un instant, un espace, il est notre devoir de musicien et danseuse de lui donner une résonance. « 

Laurent Paris

Musicien accompagnateur, improvisateur, plasticien, depuis plus de 30 ans, il n’a de cesse de découvrir de nouvelles matières musicales, de nouveaux sons, de nouveaux modes de jeu. Percussionniste autodidacte, il s’est forgé une technique et un sens du jeu qui lui ont permis de collaborer avec des artistes de tout bords du flamenco aux musiques les plus improvisées, en passant par le jazz, le rock, l’électro, le crique, etc … Membre du collectif Freddy Morezon avec le groupe Facteur Sauvage, Daniel Scalliet (voix), Mathieu Sourisseau (basse), le duo CiRuS ViRCuLe avec Betty Hovette (piano arrangée), et l’ensemble FM …

En solo, il exprime son désir permanent de liberté, où le plus petit évènement et la moindre trouvaille sonore deviennent matière à improviser, à inventer sur l’instant « tout est bon dans le son ». En duo avec Jean-François Vrod, il joue une musique improvisée sans âge, des villes et des campagnes, des plaines et des montagnes. Il monte un triptyque sur la poésie anglaise du 19° siècle avec le comédien Denis Lavant et le saxophoniste Camille Secheppet. Se produit également en trio avec Betty Hovette (piano) et Aymeric Avice (trompette). En duo avec Xavier Camarasa (fender rhodes) c’est « Piscine Olympique ». Avec Bruno Izarn (guitare) il écrit et joue la musique du ciné concert « le révélateur » film de Philippe Garrel. Membre du quartet SLOW avec Yohann Loustalot, Julien Touery et Eric Surménian. etc …

Anna Fayard

40années de proximité avec l’art de la danse, sans doute le plus complexe dans sa solitude nue. Années sous tendues d’improvisations et compositions dans 2 axes fondamentaux :

• la structure du corps à modifier, transformer, éclairer afin d’accueillir les émotions et les concepts, les élans poétiques dans un mouvement permanent.

• la poésie qui crée la posture, le corps, dans un geste continu opiniâtre. Parmi tant de rencontres essentielles tout au long du parcours, j’ai eu la chance de côtoyer Brigitte Asselineau pour structurer le corps poétique, et Agnès Coisnay pour poétiser la transformation.

J’ai aussi au théâtre rencontré l’engagement du geste dans des revers inconnus avec Niels Arestrup, partagé la collaboration à la mise en scène avec Pierre Sarzacq. Puis, plus récemment la pratique du Yoga qui déploie la respiration et dans une quête sans fin ajuste l’équilibre dans les diaphragmes de l’égo, de l’émotion et de la passion.

Avec le Groupe ¬’artha, des Pays de la Loire en Occitanie Méditerranée, j’ai oeuvré à la danse avec nombre de danseurs de métier et d’amateurs, des musiciens, des plasticiens. Je n’ai de cesse de déplacer mon regard sur les corps et leurs vibrations profondes jusqu’aux plus intimes pour qu’apparaisse une authenticité singulière dans le geste. Et puis dans ce mouvement, écrire et dire des textes qui viennent bouger le flux de la voix et du corps. Dans ce goût de l’effort peu à peu la structure s’efface et dans ce paradoxe jaillit le présent. Dans des théâtres, scènes nationales, dans les campagnes, jardins municipaux, musées, squats, dans les bars, les bidonvilles, à Nairobi, à Pau, à Paris… Actuellement je partage ce mouvement en performance avec la danseuse Laetitia Escalier.

 

Web : https://freddymorezon.org/artistes/laurent-paris/

 

A L’Ébauche

17h30

Pieces of my heart

Danse et musique /  30 min  / Cie Phaenomenon

Chorégraphie et interprétation : Delphine Mothes

Création sonore et interprétation : DJ Mayday

Collaboration artistique : Thaïs Weishaupt

Coproductions : NEUFNEUF PLATEFORME [Cie Samuel Mathieu], Le Tracteur.

Soutiens et accueils en résidence : Mairie de Toulouse, Conseil Départemental de la Haute-Garonne, Danse Dense, RING Scène Périphérique (Toulouse) , Le Tracteur (Cintegabelle), Obro Résidence d’artistes (Saint-Cyr), Tiers-Lieu Le Moulin (Roques), CND Pantin.

Pieces of my heart s’intéresse aux liens entre forme, abstraction et émotion. La danse s’invente à partir de douze gestes inspirés d’une collection d’images, d’objets, de sons qui me touchent, me reviennent comme des obsessions. Les gestes deviennent eux-mêmes obsessions. Dans un espace très réduit, ils se déploient, se combinent et se déclinent à l’infini. La musique live de DJ Mayday accompagne les déformations et transformations du corps liées aux fulgurances de la perception et de l’émotion générée par l’expérience des gestes. C’est une danse à la fois graphique et viscérale, construite entre continuité et fragmentation. Dans une tension constante entre obsession, jeu et sensation de submersion, la danse tend vers une forme de saturation chorégraphique. Je cherche à dégager la puissance de l’abstraction et à transformer la réalité du corps et du son en des formes poétiques aux imaginaires multiples.

Festival L'Assemblage 2022-So-©Oriane Monfort
Parcours Delphine Mothes et DJ Mayday

Delphine Mothes débute sa formation en danse classique et contemporaine à l’école de ballet Gillet-Lipszyc à Biarritz à l’âge de six ans. Après avoir validé une Licence d’Histoire (Toulouse 2 – Paris 7) et une Licence de Danse (Paris 8) elle se forme professionnellement à la danse contemporaine à la Salzburg Experimental Academy of Dance (Autriche – 2014-2016) puis au sein de la formation Extensions de la Place de la Danse CDCN Toulouse-Occitanie (2016-2018). Elle travaille actuellement comme interprète avec Marinette Dozeville, Emmanuel Eggermont et Clémence Baubant. En 2019 elle crée PHAENOMENON et sort sa première pièce en duo avec DJ Mayday Une montagne, sous les palmiers en 2021.

DJ Mayday débute dans la musique hip hop avec le groupe I2C. S’ensuivent de nombreuses collaborations avec différents artistes de la scène urbaine et la participation en tant que DJ à plusieurs battles de danse (Nothing 2 Looz). Intéressé par la technique du son et le cinéma, il étudie à l’ENSAV (Toulouse – 2009 – 2012). En 2016 il collabore avec la compagnie Le Troisième Cirque sur la musique du spectacle Circus Remix. En 2018, il compose la musique de Chiens et Loups, création chorégraphique d’Olivia Grandville pour la formation du CDCN Toulouse-Occitanie. En 2019 il rejoint PHAENOMENON et crée la musique d’Une montagne, sous les palmiers.

A L’Ébauche

19h

Béton : La conférence des oiseaux

Danse, techno, texte parlé   /  45 min / Cie Mimoïde

Conception, chorégraphie, composition, performance: 

Solveig Rocher et Rémy Clair

Production : Compagnie Mimoïde

œil exterieur :  Thiago Granato, Catarina Saraiva.

Soutiens en résidence:  Linha de Fuga (Pt), Academia de bailado de Lousã (Pt), Friche la belle de mai (Fr), Séchoir d’Aillac (Fr).

Festival L'Assemblage 2022-Epoques-©L-enracinee

Par terre, au champ d’honneur, amoureux, de fatigue. Les dents de Madame Narayama et les dents en général. La planète terre, la pluie, les eaux des chutes de Victoria, les gens du Golden Gate Bridge, le dirigeable Hindenburg, une erection, le CAC 40. Franz Reichelt, Ana Mendieta, Bas Jan Ader, Thelma et Louise. Les anges déchus et cet homme de Saint-Esprit qui, se prenant pour un oiseau, se défenestra, brisa ses jambes à l’atterrissage mais tenta néanmoins de courir, jusqu’à ce que la police l’attacha. Icare.

Pendant la pandémie de 2021, enfermé dedans, je tombe sur quelques reportages parlant d’oiseaux migrateurs trop affamé pour voler. Les oiseaux tombent du ciel, ils jonchent les trottoirs et les routes et se laissent manger ou mourir de faim.

Depuis la fin du confinement je passe beaucoup de temps à danser dans la répétition agressive de la techno. Je danse enfermé dans cette boucle infinie, sans passé ni futur. Je peux enfin fuir l’impossibilité de rêver, m’oublier, tout lâcher et disparaitre. Voyez-moi en extase devant vous, soulevé dans les aires sans poids comme les saints lévitant de Blaise Cendrars. Peut-être qu’en volant j’échapperais à la destruction du monde.

Quand l’aube arrive la musique s’arrête, j’atteris, je me réveille, échappé extatique fini. Je ressors dans le matin de béton, retourne à ce dont je fuyais. Dans le ciel, les martinets vols déjà hauts. Comment font-ils pour ne pas tomber ? Comment voler comme un oiseau ?

Parcours Solveig Rocher et Rémy Clair

Solveig Rocher est une danseuse et chorégraphe franco-anglaise, elle est née à Montréal (1994) et vit à Marseille. Elle fonde sa compagnie à Marseille en 2023 et la nomme Mimoïde, d’après les structures mi-organique mi-géologique produites par la planète Solaris en imitation des objets qui passent à sa surface. Dans tout son travail on retrouve une prolifération de mouvements, un penchant pour les collections et une certaine obsession avec la répétition et la dégradation.

Elle a d’abord étudiée l’illustration à Londres (Camberwell College of Arts, 2016) où elle utilisait ses dessins pour préserver les choses de l’oubli. Elle s’est particulièrement intéressée aux processus de reproduction d’images et aux transformations qui en résultes. C’est suite à son déménagement a Porto, où elle vivra cinq ans, qu’elle se tourne vers la danse. Confronté a l’étrangeté de produire quelque chose qui semble tout de suite disparaitre, elle choisi de poursuivre cette sensation inquiétante et lors de sa maîtrise en performance (ESMAE, 2019) elle se focalise sur les systèmes d’archivages incarnés. Pendant ces deux ans de maitrise elle créera la collection de pièces de danse «Cascas de memória» dans lesquels elle tentera de se tourner en archiviste dansante.

En 2019 et 2020, elle est artiste associée de la compagnie de théâtre Portugaise Visões Uteis. Pendant un an (de janvier 2020 à janvier 2021) elle est Artiste- Archiviste en résidence au Théâtre Municipal de Porto et élabore une collection de performances multimédia, «The Residual Pieces» qui enregistrent et reproduisent toutes les performances qui sont passé dans le théâtre pendant cette année.

Suite à son déménagement à Marseille en 2021, elle présente « Naked constructions », un solo dansée, chantée et parlé sur la construction d’un solo dansée, chantée et parlé. Elle collabore en ce moment avec le compositeur Rémy Clair sur une nouvelle performance : « Béton : la conférence des oiseaux ».

site: https://solveigrocher.wixsite.com/work

Rémy Clair est compositeur, artiste sonore et ingénieur du son basé à Marseille. Né en 1993 à Montpellier, il grandi au bord de la Dordogne. La proximité avec cette rivière et la nature qui l’entoure vont très tôt l’inspirer. Il commence l’apprentissage de la guitare puis fait des études d’anthropologie de la musique. Voulant approfondir le plaisir de faire entendre, il passe un diplôme d’ingénieur du son.

Rémy allie samples, expérimentations sonores en tous genres et musique instrumentale. Faite de mouvements symphoniques, de ruptures et de boucles, sa musique provoque un décalage poétique en invitant à écouter l’étrange comme s’il était familier.

En 2019 il compose avec le trompettiste Jacques Courcil et le sculpteur Vincent Brédif « 3 Esquisses 1 Dessin », une musique qui accompagnera la remise à Jacques Courcil du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde. La même année il crée une pièce musicale sur componium pour l’instalation « Nuage Nuage » du plasticien Vincent Vergone (compagnie Les Demains Qui Chantent). Depuis 2020 il compose des œuvres sonores qui accompagnent les photographies d’Olivier Charles. En 2022 il invente un espace sonore pour l’exposition « SUR LE FIL » à Galerie Sinibaldi, à Arles. Ses compositions sont le fruit d’une écoute sensible de tous les sons qui nous entourent. Les musiques deviennent reliefs, formes, écrins. Un voyage acoustique.

Site: https://soundcloud.com/user-338388854

A L’Ébauche

En continu 

La levée

Vidéo en boucle  /  8 min

Conception, réalisation vidéo :  Gaëlle Guéranger

Elaboration technique, construction : Loïc Richard

Performers : Gaëlle Guéranger, Loïc Richard

Duo écrit pour la vidéo, La levée s’inscrit dans une série de créations autour de la notion de partenaire entre 2009 et 2013.

Filmée en contre jour et lumière naturelle dans une pièce de 16m2, cette vidéo est un plan séquence sans mouvement de caméra, sans montage, sans cut, juste le mouvement des corps saisi.

Champ, hors-champ, en lisière… Une traversée de corps à la verticale, un passage ne revenant pas sur ses pas, le mouvement continu d’un corps à l’autre, vers l’autre, puis au-delà, révélant les sensations qui se nouent entre la réalité chaotique du poids des corps, et la dimension d’union des partenaires.

Parcours Gaëlle Guéranger

Gaëlle Guéranger, autrice, chorégraphe, pédagogue, co-fondatrice de L’Ébauche, se construit à la croisée de différents champs de pratique. Diplômée d’une Licence en arts du spectacle option théâtre (2000), d’une Licence en art chorégraphique (2007), d’un Master II de recherche en danse de l’université de Paris VIII (2009), elle étudie la danse à l’école du RIDC à Paris, suit des séminaires en arts visuels, développe un attrait pour l’écriture et les mots, et est certifiée à l’enseignement du yoga Iyengar, dont la pratique depuis 2009 irrigue son travail de création et de transmission.

Entre 2000 et 2007, elle collabore aux projets de la chorégraphe Anna Fayard comme interprète, assistante, autrice.

Elle développe son travail de création depuis 2010, et crée sa compagnie en 2011. Si tous ses projets de création trouvent un ancrage dans le mouvement dansé, ils s’ouvrent à d’autres approches, et tendent vers des formes transdisciplinaires pour lesquelles elle écrit les textes, chorégraphie, met en jeu la plasticité de matières, et interprète.

Chaque pièce questionne le catégorique, le définitif, la sentence, le trop évident afin d’être toujours en passe de se réinventer, de se renommer, de libérer la vie, et d’ouvrir le champ des perceptions à des visions vastes, et un corps pluriel.

Elle réalise les vidéos Gisement et La levée (2010-11), puis crée à L’Espal, scène conventionnée danse du Mans, le duo Le long de l’onde (2013) autour de la notion de partenaire.
A partir de 2014, elle développe un travail plus spécifique autour de l’adresse, de la parole imbriquée à la danse, approche le spectateur en partenaire et crée
Tressage (2015-16) à L’Espal au Mans, présente Hardes (2017) une performance aux Beaux-arts de Tours pour le festival Ecoute-Voir, puis L’échappée belle (2018) dans le cadre d’une résidence aux Eclats, à la Rochelle.

Elle écrit et joue Danser rêver L’Ebauche (2018), une pièce in situ pour l’inauguration avant travaux de L’Ebauche, et crée Cabinet de curiosités (2020) pour l’inauguration du lieu du même nom de la ville de Montval sur Loir.

Depuis 2017, elle développe le lieu de fabrique, L’EBAUCHE, Aire de Création Artistique (festival, résidences, ateliers, CLEA…), situé à Jupilles, près de la forêt de Bercé en Vallée du Loir, et mène un travail spécifique en lien avec les paysages, le terrain.

A partir de la marche en forêt, elle crée notamment Traversée (2019-20) pour les forêts et les parcs, et prolonge ce travail avec la création d’une balade scientifique et artistique La loi de la jungle en 2022. En 2024, elle crée MARGO, une pièce à propos de la marge qui s’est construite depuis la marche.

Pédagogue, elle enseigne le yoga sous forme de cours, d’ateliers et interventions artistiques, mène des projets dans le cadre du CLEA de la Vallée du Loir sur le temps scolaire et hors temps scolaire, intervient régulièrement en danse et théâtre pour l’association Théâtre pour L’Avenir, mène de nombreux ateliers autour de sa recherche artistique avec des adolescents et adultes de tout horizon, et intervient auprès de personnes handicapées vivant en foyer de vie.

Elle conçoit également des formations professionnelles pour Mayenne Culture, le Théâtre Epidaure, et le département de l’Orne dans le cadre de formations en direction des enseignants artistiques et artistes intervenants en musique, théâtre et danse : « Le Corps et la Parole », « Préparation à la scène et présence scénique », « le Corps et l’Adolescence », « Le yoga du musicien ».